24 septembre 2020
Sécurité et sûreté des sites industriels

1 an après l’incendie de Rouen, les industriels de la Chimie ont tiré les enseignements et s’engagent

Les entreprises de la Chimie vont investir 450 millions d’euros pour renforcer la sécurité des stockages des sites industriels. Elles prennent également des engagements volontaires aux côtés des acteurs de la logistique.

Il y a un an, les industriels de la Chimie s’étaient engagés à tirer tous les enseignements de l’incendie de Rouen. Dans une démarche de progrès continu, l’objectif était double : réduire le risque des incendies de grande ampleur (propagation du feu et de la fumée) et en limiter l’impact.

 

1 an de travail préparatoire avec toutes les parties prenantes

Depuis l’incendie, ils se sont mobilisés avec l’administration, les élus locaux et nationaux, ainsi que leurs partenaires sous-traitants, afin d’améliorer encore leurs standards en matière de sécurité alors que la France dispose déjà d’une réglementation très stricte.

Ce large travail préparatoire a consisté à analyser les causes de l’incendie et de sa propagation, identifier les meilleures solutions disponibles à date pour la prévention et la lutte contre les incendies et consulter un panel de sites existants pour s’assurer de la faisabilité des solutions recensées.

 

450 millions d’euros d’investissements dans les entrepôts et sites de stockage

Passée la phase de consultation, le Gouvernement a acté la mise en œuvre d’un plan d’action dédié, passant notamment par un grand plan de modernisation des entrepôts et des sites de stockage.

Pour le déployer, les industriels de la Chimie investiront 450 millions d’euros dans les prochaines années. Ces investissements viseront à mettre en œuvre tout ou partie des mesures suivantes :

  • Davantage de cloisonnement dans les entrepôts pour éviter la propagation d’un incendie impliquant des quantités importantes de produits ;
  • Des moyens renforcés pour la détection (eg. systèmes automatiques) et la lutte contre l’incendie (+20% en réserve d’eau et émulseurs)  ;
  • Des mesures préventives pour éviter les effets domino entre sites voisins ;

Par ailleurs, les entreprises de la Chimie renforceront leur coordination avec les services de secours pour la gestion des incendies : augmentation du nombre d’exercices, information plus précise sur les inventaires et sur les produits susceptibles d’être disséminés par les fumées.

Outre le secteur de la Chimie, ce sont au total 2300 entrepôts et 2500 sites autorisés et SEVESO en France qui vont investir 3 milliards d’euros pour moderniser leurs entrepôts à la suite de l’incendie de Rouen. Pour la première fois, l’ensemble de ces travaux concerneront les bâtis existants et pas seulement les nouvelles installations.

La mise en œuvre du plan demandera des efforts d’accompagnement des industriels dans l’appropriation des nouvelles dispositions. France Chimie se mobilise dans cet objectif.

 

Des engagements volontaires avec les sous-traitants de la logistique pour aller plus loin

Au-delà des mesures arrêtées par le gouvernement et dans une démarche volontaire de progrès continu, les fédérations France Chimie, l’Union TLF et l’association AFILOG ont décidé de se mobiliser pour promouvoir les meilleures pratiques pour le stockage et la logistique des matières inflammables ou combustibles.

Les fédérations professionnelles ont ainsi pris les engagements suivants :

  • L’industrie de la chimie s’assurera de donner à ses partenaires logistiques des prévisions plus précises quant à la nature et les quantités de produits qu’elle leur confie, facilitant en retour une meilleure adaptation des conditions de stockage par les acteurs de la logistique. 
  • Les entreprises adhérentes à France Chimie veilleront à déployer au sein de leurs entrepôts le système d’audit qualité et sécurité européen (SQAS) et à privilégier les relations avec les logisticiens qui auront été audités dans ce cadre ou un cadre équivalent.

Luc Benoit-Cattin, Président de France Chimie, a déclaré : « Nous nous y étions engagés et conformément à notre démarche de progrès continu, nous l’avons fait : un an après l’incendie de Rouen, nous avons tiré tous les enseignements. Le gouvernement a annoncé un plan d’ampleur à la hauteur de la situation. Dans les prochaines années, la Chimie va investir 450 millions d’euros dans la modernisation des entrepôts et des sites de stockage. Au-delà des nouvelles mesures qui renforcent une réglementation déjà exigeante, nous avons pris l’initiative de formaliser des engagements volontaires avec nos partenaires de la logistique pour améliorer encore la sécurité de la chaine logistique. »