17 septembre 2019

Un classement des leaders de la chimie mondiale de continuité en 2018 à la veille de nouveaux changements pour 2019

Le leader américain DowDuPont maintient son premier rang en 2018 mais a déjà annoncé sa division en trois entités, redistribuant ainsi les positions pour 2019.

Les 100 premiers producteurs chimiques mondiaux ont généré 1 245 milliards de dollars de ventes en 2018, soit 31,5 % du chiffre d’affaires de la chimie mondiale. Ce chiffre d’affaires cumulé est en hausse de près de 4 % en valeur par rapport à 2017, plus soutenue que la croissance de la chimie mondiale (+2,5 %). La montée des prix du pétrole au moins jusqu’en septembre 2018 a eu un effet positif sur les ventes quand les volumes commençaient à ressentir le ralentissement de la croissance économique. Ce dernier s’est progressivement étendu en 2018, des marchés émergents à l’Europe en touchant l’économie américaine en fin d’année, sur fond de montées des tensions commerciales et d’incertitudes géopolitiques. L’industrie mondiale a souffert du coup de frein du secteur automobile et de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine. De plus, en Europe, outre les incertitudes liées à l’issue du Brexit et à la chute de la production automobile, certaines entreprises ont été perturbées par les très bas niveaux du Rhin.

L’Asie (y compris Japon) reste de loin le plus grand marché de produits chimiques au monde avec près de 59 % des ventes et une prédominance d’acteurs dans le classement, 35 groupes réalisant près de 34 % des ventes des 100 premiers. On compte désormais trois producteurs de la région dans le Top 10 : Sinopec (Chine, 2e position) rejoint par LG Chem (Corée du Sud, 8e position) et Reliance Industries (Inde, 9e position).

L’Europe (Union européenne et autres Europe) est la deuxième région chimique avec 20,7 % des ventes devant l’Amérique à 19,3 % de part de marché. Dans le Top 100, les 28 groupes européens sont aussi plus représentatifs que les 31 groupes américains avec respectivement 30,4 % des ventes des 100 premiers contre 29,6 %.

L’implantation mondiale de la chimie l’expose aux variations des cycles économiques régionaux. En parallèle, les mouvements de fusions et d’acquisitions continus dans le secteur expliquent aussi les évolutions des positions et parts de marché des grandes régions.

Avec près de 86 milliards de dollars de chiffres d’affaires, le chimiste américain DowDuPont issu de la fusion entre Dow et DuPont a conservé sa première place devant BASF, tout en sachant que le nouvel ensemble devrait la céder en 2019. En effet, l’ensemble formé le 31 août 2017 a annoncé sa division en trois entreprises. Le calendrier actera ainsi au 1er avril 2019 la création du nouveau Dow (Science des matériaux) et celles au 1er juin 2019 de Corteva (activités agrochimiques) et du nouveau DuPont (Produits de spécialités).

Une autre opération emblématique finalisée en 2018 a été l'acquisition de l’entreprise américaine agrochimique et de semences Monsanto par le groupe chimique allemand, Bayer (31e rang en 2017 et 18e en 2018). Ce dernier pour répondre aux autorités de concurrence a dû se séparer d’une partie de ses activités agrochimiques, quasiment toutes reprises par son compatriote BASF.

En Europe, dans les gaz industriels, la fusion de Linde AG (13e rang en 2017) avec l’américain Praxair (31e rang en 2017) a été concrétisée après plusieurs années de discussions pour former la nouvelle société Linde plc. (23e position en 2018).

Dans la chimie amont, de nombreuses opérations ont été réalisées. En particulier, le pétrochimiste américano-européen LyondellBasell (5e en 2018) a acquis le groupe américain A. Schulman, spécialiste des composites et des résines de haute performance. Le pétrochimiste britannique Ineos (7e en 2018) a repris la division Composites de l'Américain Ashland (95e en 2017). Dans les spécialités, le néerlandais AkzoNobel (37e en 2018) a vendu son entreprise de produits de spécialité, Nouryon (69e rang en 2018) aux fonds Carlyle et GIC (Singapour).

Dans les engrais, la nouvelle entité Nutrien (51e position en 2018) est née de la fusion des deux groupes canadiens Agrium (24e rang en 2017) et Potash Corporation (76e rang en 2017).

L’année 2019 dont les résultats conjoncturels sur le premier semestre présentent un nouveau ralentissement s’annonce encore animée avec la persistance de nombreuses incertitudes et de nouvelles annonces de rapprochement dont l’accord de BASF, Solvay et Domo Chemicals pour le polyamide de Solvay, l’acquisition de l’allemand Hemmelrath par l’américain PPG ou encore celle de l’américain d’ArrMaz par le français Arkema.

Les 50 premiers producteurs chimiques mondiaux

Sources : Cefic, ICIS Chemical Business, Chemical Week et  Chemical & Engineering News , classements selon les chiffres d’affaires convertis en dollars et portant sur les activités chimiques des sociétés mondiales en 2018, exploitation France Chimie