10 décembre 2020

Accord de Paris : la chimie à la pointe dans la lutte contre le changement climatique

Alors que l’Accord de Paris fête son 5e anniversaire, la Chimie en France confirme sa contribution de premier plan en matière de transition énergétique.

Les entreprises de la Chimie en France sont résolument engagées pour lutter contre le réchauffement climatique et relever les défis de la durabilité des ressources. Depuis 1990, leurs efforts et leurs innovations ont permis de réduire de 63%[1] leurs émissions de gaz à effet de serre, alors même que la valeur ajoutée du secteur augmentait de 26%. Depuis l’Accord de Paris, ces émissions ont baissé de plus de 8%.

À l’image du reste de l’industrie, la Chimie apporte ainsi l’une des plus importantes contributions à la France dans sa lutte contre le changement climatique (plus de la moitié de la baisse des émissions totales de l’industrie depuis 1990). Cette performance remarquable a été essentiellement permise par l’élimination de 95% des émissions de protoxyde d’azote (N2O) et l’amélioration de l’efficacité énergétique des procédés industriels.

Cet engagement en faveur de la transition énergétique se poursuit, avec neuf projets[2] d’envergure en cours de développement qui vont permettre à eux seuls d’éliminer près de 850 000 tonnes de CO2 dans les 3 prochaines années (soit une baisse de 4%). Le secteur est par ailleurs au cœur du volet décarbonation de « France Relance ». Au total, plus de 50 projets vont être déposés par les adhérents de France Chimie sur l’ensemble des dispositifs (projets d’efficacité énergétique, de « flow chemistry », de décarbonation de la chaleur ou pilotes de technologies moins matures). France Chimie estime que, si les conditions de compétitivité sont réunies, le secteur pourrait encore réduire ses émissions d’environ 30% en 2030 par rapport à 2015. Pour aller plus loin, il sera indispensable d’industrialiser avec succès des technologies de rupture, en particulier la capture et le stockage ou l’utilisation du CO, l’hydrogène bas-carbone et l’électrification des procédés.

Au-delà de ses efforts pour diminuer son empreinte, la Chimie innove pour fournir les solutions nécessaires à une économie décarbonée. Cette contribution est reconnue dans « France Relance » au travers de premiers financements annoncés dans le Plan Auto pour le développement de composants utilisés dans les batteries ou de matériaux pour l’allégement des véhicules. Elle s’illustre également par les projets d’envergure déposés dans le domaine du recyclage chimique, un des leviers de décarbonation pour les marchés utilisateurs du plastique. Enfin, elle se confirme par la dynamique de projets candidats dans le domaine de la chimie biosourcée et issue des biotech. Toutes ces innovations sont indispensables pour le développement des énergies renouvelables et le stockage d’énergie, la mobilité durable, l’habitat économe en énergie ou encore l’économie circulaire.

Enfin, France Chimie souhaite rappeler qu’avec son mix électrique déjà sobre en carbone, la France dispose d’un atout incomparable pour accompagner son industrie dans une croissance décarbonée. À mesure que se développeront l’électrification des procédés, le recours à l’hydrogène, etc… il importera de répondre à des besoins massifs d’électricité à des niveaux compétitifs.

 

Pour Luc-Benoit Cattin, président de France Chimie :

« À l’occasion de l’anniversaire de l’accord de Paris, la Chimie en France se félicite d’être un des secteurs industriels qui a le plus réduit ses émissions de gaz à effet de serre. En s’appuyant sur les dispositifs de « France relance » et sur sa capacité d’innovation, elle poursuit une réduction ambitieuse d’ici 2030 et le développement de solutions qui permettent à ses clients de réduire leur empreinte carbone. »    

LES DONNÉES CLÉES

  1990 2015 2019
Emissions de la CHIMIE (Mt CO2éq/an)  54 22  20 
 EMISSIONS DE L'INDUSTRIE (Mt CO2éq/an)  145 81  78 
 EMISSIONS DU RESTE DE L'ECONOMIE (Mt CO2éq/an) 403   377  362

 Adhérents de France Chimie signataires du « French Climate Pledge »

 

Dix adhérents de France Chimie (Air Liquide, Arkema, Armor, DRT, Kem One, Orion Chemicals Orgaform, Sanofi, Seqens, Solvay, Total) sont signataires du « French Climate Pledge ». Ils ont ainsi explicité leurs engagements en matière de décarbonation au niveau mondial.

[1] Données CITEPA, émissions de la Chimie en France entre 1990 et 2019.
[2]Environ 600M€ d’investissement seront dédiés à ces projets portés par Arkema, Alsachimie, la plateforme Osiris, Solvay, Seqens, la Vallée de la Chimie et Yara.