22 septembre 2021
Chiffres clés et conjoncture

Un Top 100 de la chimie mondiale en 2020 traversé par la crise sanitaire

L’épidémie de Covid-19 apparue en janvier 2020 en Chine et se propageant ensuite au reste du monde a marqué le classement des 100 premières entreprises chimiques mondiales par une chute des ventes de plus de 12 % en euros par rapport à 2019.

Selon le classement effectué par le cabinet américain ICIS*, les 100 premiers groupes chimiques mondiaux ont enregistré une baisse importante des ventes cumulées en 2020 (-12,3 % par rapport au total des 100 premiers groupes en 2019) leur part du chiffre d’affaires mondial diminuant à 24 % contre plus de 26 % en 2019.

A titre de comparaison, la production chimique mondiale n’a baissé que de 4,3 % en valeur pour atteindre 3 471 millions d’euros et s’est quasiment stabilisée en volume avec toutefois une grande disparité entre les régions en lien avec des gestions différentes de la lutte contre la pandémie. Les entreprises en Asie, et en Chine en particulier, premières zones touchées mais aussi en rebond, ont enregistré une progression des ventes (de respectivement +0,9 % et +2,9 %) quand celles d’Europe ou d’Amérique se contractaient (de respectivement -5,7 % et -9,2 %).

Dans le Top 100 de 2020, l’Asie a ainsi continué de gagner des parts de marché comptant pour 37 % des ventes totales contre 29 % pour chacun des deux blocs Europe et Amérique, à comparer à une ventilation respective de 34 %, 31 % et 29 % des ventes en 2017.

Outre cet effet régional lié à la diffusion de la pandémie, les évolutions des ventes des leaders mondiaux vont aussi refléter l’impact de leurs spécialisations sectorielles et des marchés sur lesquels ils opèrent. En effet, considérées comme industries essentielles dans la plupart des pays, les entreprises chimiques se sont adaptées dès le début de la crise pour répondre aux besoins croissants des économies en produits de santé, d’hygiène et alimentaires, alors que d’autres marchés majeurs (automobile, aéronautique, biens de consommation, …) ont nettement plongé en raison des mesures de confinements et des arrêts de production. Les acteurs chimiques les plus diversifiés ont pu davantage limiter la contraction des ventes.

On notera toutefois que les variations des ventes en moyenne sur l’année masquent le vif redémarrage sur le deuxième semestre provoquant les tensions sur les chaines d’approvisionnement et poussant alors les prix des produits chimiques à la hausse.

Le chimiste allemand BASF a pu conserver sa place de leader, devant le chinois Sinopec et l’américain Dow, un trio de tête identique à celui de 2019 derrière lequel est arrivé le britannique Inéos (6e rang en 2019).

Extraction Top 100 des groupes chimiques mondiaux

*Classement établi par ICIS Chemical Business, selon les chiffres d’affaires convertis en dollars, et portant sur les activités chimiques des sociétés mondiales en 2020, publié en septembre 2021.

Le Top 100 n'inclut pas les activités des gaz industriels, des engrais et les activités de produits pétrochimiques et de matières plastiques intégrées dans certaines compagnies pétrolières et non publiées séparément des activités du raffinage.

Nos actualités
Succès des journées de l’inspection dans l’industrie chimique

Succès des journées de l’inspection dans l’industrie chimique

Veille SSE

Veille réglementaire SSE du 16 au 31 mai 2024

Aide au paiement des factures d’énergie

Aide au paiement des factures d’énergie