Actualité
16 avril 2020
Conjoncture

La Chimie en France résiliente en 2019 dans un contexte de croissance mondiale ralentie

France Chimie dévoile le bilan annuel de la Chimie en France. Dans un contexte de croissance mondiale ralentie, le secteur de la Chimie en France a fait preuve de résilience par rapport à ses voisins européens : +0,7% de croissance contre -1,1% en moyenne dans l’Union Européenne et -3,1% en Allemagne.

Cette croissance a été tirée par son dynamisme à l’export : en 2019, la Chimie en France est la 2e industrie exportatrice derrière l’aéronautique. Bénéficiant d’un portefeuille de pays clients équilibré (l’UE représentant 60% des exportations), elle n’a été que relativement impactée par les effets des tensions du commerce mondial sur le secteur. Par ailleurs, elle a été impactée par l’inflexion de la demande intérieure liée à la dégradation de l’activité de grands secteurs clients comme l’automobile et aux grèves en fin d’année.

Au niveau sectoriel, les performances des Savons, parfums, produits d’entretien (+4,6%) et celui de la Chimie fine pharmaceutique (+5,7%) ont particulièrement contribué à la croissance de la Chimie. Les productions de la Chimie organique et de spécialités ont été relativement stables en 2019 (respectivement -0,6% et -0,1%) et celle de la Chimie minérale a significativement baissé (-6,6%).

Industrie innovante, la Chimie a consacré un budget de près de 2 milliards d’euros à sa recherche en France, un chiffre en progression constante (+3 % par an depuis 2010). Les activités de recherche et développement représentent 8% des effectifs totaux.

Secteur d’avenir, la Chimie continue à répondre aux défis de demain avec des investissements significatifs envisagés d’ici 2025 dans l’innovation des produits (par exemple plus de 500 millions d’euros de projets d’investissement identifiés dans le biocontrôle, les biopolymères et matériaux biosourcés) et des procédés (notamment 15 projets dans le recyclage chimique). Acteur incontournable de la transition énergétique à travers ses produits et ses innovations, la Chimie poursuit également sa trajectoire de décarbonation, avec l’annonce de près de 300 millions d’euros d’investissement dans des projets emblématiques de centrales biomasse ou CSR. Une réduction de 70% de ses émissions par rapport à 1990 serait accessible à l’horizon 2030 si les conditions techniques et économiques étaient réunies.

Les effectifs de la branche Chimie en France, qui réalise 15.000 à 17.000 recrutements par an en moyenne, étaient de plus de 218.000 en 2019 (dont 38,5 % de femmes et 2 salariés sur 3 techniciens, agents de maîtrise et cadres). Le secteur fait appel à une main d’œuvre formée aux spécificités des procédés et à la sécurité et offre des parcours diversifiés.

Les prévisions pour 2020 sont aujourd’hui suspendues, compte tenu de la situation très exceptionnelle auquel l’ensemble des économies est confronté.